Genèse de l'appel

Sentinelle de Bethleem

Charlotte

En mai 2013, alors qu’Aude Carré se bat courageusement à nouveau contre un cancer particulièrement virulent, lors d’une visite à son chevet, elle me confie son désir de prier une neuvaine à l’Esprit Saint entre l’Ascension et la Pentecôte pour l’évangélisation des jeunes.

En mai 2013, alors qu’Aude Carré se bat courageusement à nouveau contre un cancer particulièrement virulent, lors d’une visite à son chevet, elle me confie son désir de prier une neuvaine à l’Esprit Saint entre l’Ascension et la Pentecôte pour l’évangélisation des jeunes.
Très affaiblie, n’ayant plus suffisamment de force pour se rendre à la messe, Aude me demande si je veux lui apporter la Communion. C’est avec une grande joie que j’accepte et que je lui propose de prier cette neuvaine à l’Esprit Saint avec elle.

A la suite de cette neuvaine de feu, avec l’accord très enthousiaste de Béatrice le Hodey, qui entendait un appel similaire dans son cœur, nous envoyons le dimanche de Pentecôte l’invitation ci-dessous à notre entourage.

« Chers frères et sœurs,

Alors que nous avons été invités par Benoît XVI à ouvrir les portes de la foi, puis avons reçu dimanche notre « boîte à outil » d’évangélisateurs. Il est temps de nous mettre au travail pour transmettre autour de nous l’Amour, la Tendresse et la Miséricorde infinie de notre Seigneur pour chacun, comme nous y invite notre pape François dans son livre, seul l’Amour nous sauvera. Il y a urgence à penser à neuf, à apporter du neuf, à pétrir la vie avec le levain nouveau de la justice et de la sainteté (Co 5,8).
Cela nous ferait plaisir de vous faire partager les fruits reçus de notre neuvaine à l’Esprit Saint autour d’un café-prière chez Aude, mercredi 28 mai à 10h. »

Trois suggestions ont été proposées :

1) Mettre en place un chapelet « pour nuls » (soufflée par la bienheureuse Pauline Jaricot avec méditation à l’appui (Saint Joseph, sainte Faustine, Ste Thérèse, St Curé d’Ars…).

2) Une Vierge en pèlerinage d’Amour (la première serait celle de la Guadalupe) associée, soyons audacieux, à la Présence réelle… (soufflée par le bienheureux JP II qui disait la famille est une Eglise domestique. Si les personnes ont du mal à pousser les portes des églises, mettons l’Eglise dans leur intérieur.

3) Une adoration permanente, inspirée par le premier commandement : « Ecoute Israël. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. »
Invitation que nous signons pour la première fois « les Sentinelles de la Sainte Famille ».
Le mercredi 28 mai, nous étions 10 femmes à avoir répondu OUI et pour la première fois nous avons récité notre dizaine ensemble.

Parallèlement, frère Daniel Marie, prieur du Couvent franciscain, a donné un OUI généreux à notre appel, nous proposant de nous accueillir au sein de l’église de Saint Antoine de Padoue et acceptant de nous aider à constituer le groupe de prière des Sentinelles de la Sainte Famille en devenant notre référent spirituel.

Sentinelle de Bethleem

Béatrice

En venant à la réunion qui allait donner naissance aux Sentinelles de la Sainte Famille, j’étais arrivée avec trois motions fortes

En venant à la réunion qui allait donner naissance aux Sentinelles de la Sainte Famille, j’étais arrivée avec trois motions fortes :

• 10 ans auparavant, lors d’un anniversaire d’une amie, j’avais vu autour de moi un immense besoin inassouvi de donner et de recevoir de l’amour. J’avais reçu cette compréhension que le Seigneur avait mis cet amour dans nos cœurs et qu’il désirait tisser une immense armée de l’amour sur toute la terre. Je recevais un appel à me mettre en route pour cela mais ne voyais pas du tout comment. Ce n’est qu’après plusieurs années d’existence des Sentinelles que j’ai compris qu’elles étaient une réponse à cet appel.
• J’étais inquiète de ces églises qui ferment et que la foi pourrait ne plus se transmettre. J’avais compris que si des femmes viennent adorer Jésus dans les églises, celle-ci ne fermeraient pas. Je ressentais comme un appel aux femmes, à prendre leur place de piliers dans l’Eglise par la prière humble et fidèle.
• J’avais fortement dans mon cœur que Marie et Jésus désiraient visiter les familles, être invités dans les familles pour leur donner beaucoup de grâces.

Les Sentinelles de la Sainte Famille étaient le projet né de ces appels différents et complémentaires que nous avions reçus les unes et les autres.

Dès le début nous avons eu une joie immense à nous retrouver et à répondre à cet appel du Rosaire partagé avec une multitude de sœurs alors qu’au début nous avions pensé à un Rosaire partagé à 20. A travers notre oui quelque chose de plus grand que nous s’est construit. Nous avons été menées par la Vierge Marie.

Nous avons été émerveillées de la manière dont le Seigneur nous conduisait et construisait pas à pas le projet, en nous donnant toujours ce dont nous avions besoin au bon moment. Nous avons reçu frère Daniel Marie, franciscain, comme le sceau de l’Eglise sur les Sentinelles de la Sainte Famille. Dans l’historique, nous faisons mémoire de tant de soin et de grâces reçues de notre Seigneur. Au sein de Bethléem qui est le noyau actif des Sentinelles, nous avons aussi reçu des sœurs avec des talents différents et complémentaires, sans qui rien ne se serait fait. Et le groupe de Bethléem se renouvelle au fur et à mesure.

J’ai donc découvert la puissance d’une prière humble mais fidèle. Et j’ai été dans l’admiration pour Marie qui sait bien qu’il ne faut pas trop demander à ses toutes-petites. Sa délicatesse est inouïe.
Je sens que je reçois tellement en priant fidèlement tous les jours. Cette petite offrande quotidienne est le début d’une intimité grandissante avec le Seigneur.
Pensant donner, nous recevons au centuple, déjà sur cette terre.
Joie aussi de pénétrer les Mystères de la vie de Jésus, par Marie.
Nous entrons tout doucement dans l’intimité de la vie de Jésus par Marie.
Nous vivons ce Mystère pendant un mois et donc la Parole s’incarne en nous.
La Parole et la grâce qui accompagnent le Mystère nous guérit
Change notre vie.
Nous convertit.
Et nous les femmes, nous devenons lumière dans nos familles, là où nous vivons et travaillons.
Et le Seigneur peut agir.
Et le Seigneur agrandit son territoire.

Dès le tout début, quand j’appelais une sœur à rejoindre les Sentinelles, en suivant une motion intérieure, je sentais que c’était le Christ lui-même qui allait chercher chacune de ses brebis bien-aimée pour l’inviter à rejoindre son troupeau. Alors c’était la joie. La joie pour nous deux, joie de gratitude devant Jésus qui nous appelle tellement tendrement chacune par notre nom et nous dit : « j’ai besoin de toi pour mon Royaume sur la terre. Et la joie du oui qui nous donnait des ailes. »
Le Seigneur nous embauche sans que nous n’ayons aucun mérite.
La Sentinelle sert Dieu dans tous les états de vie :
Même très âgée, malade, en prison, …. Nous pouvons être de belles Sentinelles qui portent du fruit.
Notre dizaine quotidienne nous protège dans les dangers, elle est un garde-fou puissant qui peut nous éviter de nous égarer car grâce à notre dizaine quotidienne, nous vivons nos vies avec le Seigneur
Nous sommes rassurées et construites par cette mission.
Nous recevons une identité nouvelle : nous devenons des Sentinelles de Dieu, nous lui appartenons d’une manière spéciale.

Joie aussi un jour de découvrir l’onction quand je dis ma dizaine avec quelqu’un d’autre quand par exemple tu demandes à quelqu’un que tu connais et avec qui tu n’as jamais prié de dire la dizaine avec toi.
Dingue ! Nous suffoquons presque toutes les 2 tellement la présence de Dieu est aimante entre nous. Je demande aussi à des inconnus ou à des femmes qui restent prier sur leur banc après la messe si elles veulent bien m’aider à dire ma dizaine. C’est chaque fois une expérience d’amour. J’ai découvert que quand le Seigneur me demande de m’exposer, si je dis oui, Il peut toucher d’autres cœurs.

Je crois que Marie veut faire des Sentinelles des piliers pour l’Eglise
Un pilier qui tire toute sa force de Dieu par la prière humble du chapelet en communion.
L’Eglise a besoin des femmes, de la prière des femmes.
Le mouvement des Sentinelles ravive la foi de chacune.

En priant tous les jours au moins une dizaine de chapelet, en méditant un Mystère de la vie de Jésus, nous autorisons Marie à entrer dans nos vies.
La Foi nous donne le désir et la force de servir Dieu.

Les Sentinelles dans leur prière du Rosaire partagé sont unies et deviennent le corps du Christ.
Elles sont unies au-delà des frontières sociales, raciales, géographiques.
C’est un corps qui peut se former sur toute la terre.
Ce corps, parce qu’il est en lien avec le Père et en communion fraternelle, devient corps du Christ.
Et reçoit l’Esprit du Christ.
Marie initiatrice de ce mouvement a inventé un moyen tout humble mais si puissant d’agrandir le corps du Christ sur toute la terre.
Ce corps porte tous ceux qui ont consacré toute leur vie à Dieu, les familles et l’annonce du Royaume.
Cette chair du Christ continue Son œuvre et étend l’annonce du Royaume jusqu’aux confins de la terre d’une manière toute simple, toute humble, toute cachée, toute puissante, par la méditation quotidienne d’un Mystère de la vie de Jésus, offerte pour ces intentions.

Sentinelle de Bethleem

Diana

soon

En venant à la réunion qui allait donner naissance aux Sentinelles de la Sainte Famille, j’étais arrivée avec trois motions fortes :

• 10 ans auparavant, lors d’un anniversaire d’une amie, j’avais vu autour de moi un immense besoin inassouvi de donner et de recevoir de l’amour. J’avais reçu cette compréhension que le Seigneur avait mis cet amour dans nos cœurs et qu’il désirait tisser une immense armée de l’amour sur toute la terre. Je recevais un appel à me mettre en route pour cela mais ne voyais pas du tout comment. Ce n’est qu’après plusieurs années d’existence des Sentinelles que j’ai compris qu’elles étaient une réponse à cet appel.
• J’étais inquiète de ces églises qui ferment et que la foi pourrait ne plus se transmettre. J’avais compris que si des femmes viennent adorer Jésus dans les églises, celle-ci ne fermeraient pas. Je ressentais comme un appel aux femmes, à prendre leur place de piliers dans l’Eglise par la prière humble et fidèle.
• J’avais fortement dans mon cœur que Marie et Jésus désiraient visiter les familles, être invités dans les familles pour leur donner beaucoup de grâces.

Les Sentinelles de la Sainte Famille étaient le projet né de ces appels différents et complémentaires que nous avions reçus les unes et les autres.

Dès le début nous avons eu une joie immense à nous retrouver et à répondre à cet appel du Rosaire partagé avec une multitude de sœurs alors qu’au début nous avions pensé à un Rosaire partagé à 20. A travers notre oui quelque chose de plus grand que nous s’est construit. Nous avons été menées par la Vierge Marie.

Nous avons été émerveillées de la manière dont le Seigneur nous conduisait et construisait pas à pas le projet, en nous donnant toujours ce dont nous avions besoin au bon moment. Nous avons reçu frère Daniel Marie, franciscain, comme le sceau de l’Eglise sur les Sentinelles de la Sainte Famille. Dans l’historique, nous faisons mémoire de tant de soin et de grâces reçues de notre Seigneur. Au sein de Bethléem qui est le noyau actif des Sentinelles, nous avons aussi reçu des sœurs avec des talents différents et complémentaires, sans qui rien ne se serait fait. Et le groupe de Bethléem se renouvelle au fur et à mesure.

J’ai donc découvert la puissance d’une prière humble mais fidèle. Et j’ai été dans l’admiration pour Marie qui sait bien qu’il ne faut pas trop demander à ses toutes-petites. Sa délicatesse est inouïe.
Je sens que je reçois tellement en priant fidèlement tous les jours. Cette petite offrande quotidienne est le début d’une intimité grandissante avec le Seigneur.
Pensant donner, nous recevons au centuple, déjà sur cette terre.
Joie aussi de pénétrer les Mystères de la vie de Jésus, par Marie.
Nous entrons tout doucement dans l’intimité de la vie de Jésus par Marie.
Nous vivons ce Mystère pendant un mois et donc la Parole s’incarne en nous.
La Parole et la grâce qui accompagnent le Mystère nous guérit
Change notre vie.
Nous convertit.
Et nous les femmes, nous devenons lumière dans nos familles, là où nous vivons et travaillons.
Et le Seigneur peut agir.
Et le Seigneur agrandit son territoire.

Dès le tout début, quand j’appelais une sœur à rejoindre les Sentinelles, en suivant une motion intérieure, je sentais que c’était le Christ lui-même qui allait chercher chacune de ses brebis bien-aimée pour l’inviter à rejoindre son troupeau. Alors c’était la joie. La joie pour nous deux, joie de gratitude devant Jésus qui nous appelle tellement tendrement chacune par notre nom et nous dit : « j’ai besoin de toi pour mon Royaume sur la terre. Et la joie du oui qui nous donnait des ailes. »
Le Seigneur nous embauche sans que nous n’ayons aucun mérite.
La Sentinelle sert Dieu dans tous les états de vie :
Même très âgée, malade, en prison, …. Nous pouvons être de belles Sentinelles qui portent du fruit.
Notre dizaine quotidienne nous protège dans les dangers, elle est un garde-fou puissant qui peut nous éviter de nous égarer car grâce à notre dizaine quotidienne, nous vivons nos vies avec le Seigneur
Nous sommes rassurées et construites par cette mission.
Nous recevons une identité nouvelle : nous devenons des Sentinelles de Dieu, nous lui appartenons d’une manière spéciale.

Joie aussi un jour de découvrir l’onction quand je dis ma dizaine avec quelqu’un d’autre quand par exemple tu demandes à quelqu’un que tu connais et avec qui tu n’as jamais prié de dire la dizaine avec toi.
Dingue ! Nous suffoquons presque toutes les 2 tellement la présence de Dieu est aimante entre nous. Je demande aussi à des inconnus ou à des femmes qui restent prier sur leur banc après la messe si elles veulent bien m’aider à dire ma dizaine. C’est chaque fois une expérience d’amour. J’ai découvert que quand le Seigneur me demande de m’exposer, si je dis oui, Il peut toucher d’autres cœurs.

Je crois que Marie veut faire des Sentinelles des piliers pour l’Eglise
Un pilier qui tire toute sa force de Dieu par la prière humble du chapelet en communion.
L’Eglise a besoin des femmes, de la prière des femmes.
Le mouvement des Sentinelles ravive la foi de chacune.

En priant tous les jours au moins une dizaine de chapelet, en méditant un Mystère de la vie de Jésus, nous autorisons Marie à entrer dans nos vies.
La Foi nous donne le désir et la force de servir Dieu.

Les Sentinelles dans leur prière du Rosaire partagé sont unies et deviennent le corps du Christ.
Elles sont unies au-delà des frontières sociales, raciales, géographiques.
C’est un corps qui peut se former sur toute la terre.
Ce corps, parce qu’il est en lien avec le Père et en communion fraternelle, devient corps du Christ.
Et reçoit l’Esprit du Christ.
Marie initiatrice de ce mouvement a inventé un moyen tout humble mais si puissant d’agrandir le corps du Christ sur toute la terre.
Ce corps porte tous ceux qui ont consacré toute leur vie à Dieu, les familles et l’annonce du Royaume.
Cette chair du Christ continue Son œuvre et étend l’annonce du Royaume jusqu’aux confins de la terre d’une manière toute simple, toute humble, toute cachée, toute puissante, par la méditation quotidienne d’un Mystère de la vie de Jésus, offerte pour ces intentions.

Sentinelle de Bethleem

Aude

Voici ce qu’Aude, actuellement au ciel depuis le 29 septembre 2019, écrivit le 5 mars 2018 à l’occasion d’un bilan sur les fruits de ce groupe de prière de femmes dont elle fut, avec d’autres fondatrices, à la suite de Marie

Voici ce qu’Aude, actuellement au ciel depuis le 29 septembre 2019, écrivit le 5 mars 2018 à l’occasion d’un bilan sur les fruits de ce groupe de prière de femmes dont elle fut, avec d’autres fondatrices, à la suite de Marie :

« Quelle grâce de vivre cette aventure main dans la main de Marie avec vous les Sentinelles de la Sainte Famille»
« En allant au pèlerinage à Medjugorge, j’avais demandé à Marie de la « rencontrer » et Elle m’a fait ce cadeau »
« Grâce de présenter ce projet des Sentinelles à notre Pape François »
« Vivre les débuts de cette si belle communauté de femmes priantes avec les difficultés et les joies, les questionnements et les abandons»,
Et « se savoir être l’instrument de Marie dans ce désir qu’Elle a eu de nous rassembler toutes les 5, tous les 6, pour la naissance et la construction de ce projet »
« De voir combien à travers cette neuvaine faite à l’Esprit Saint (entre l’Ascension et la Pentecôte 2013), le Seigneur nous a répondu de façon si surprenante »
« D’avoir tant grandie dans la Foi, dans la Joie, dans l’Amour de l’autre à travers nos différences en vivant dans la Miséricorde. »
« D’avoir été choisies sans se choisir, comme une communauté de sœurs, et de frères ».

Sentinelle de Bethleem

Mariangela

Nous avons, mon mari et moi, 3 magnifiques et resplendissantes filles dont une extra-ordinaire, Giulia, la plus jeune.

Nous avons, mon mari et moi, 3 magnifiques et resplendissantes filles dont une extra-ordinaire, Giulia, la plus jeune.

Elle est une grâce car selon le pronostic des medecins, elle n'aurait jamais dû venir au monde. Elle était condamnée par la science des hommes.

Elle fut bien heureusement bénie, avant sa naissance, par le Pape Jean-Paul II et celui-ci nous assura de sa prière pour elle et d'une protection toute spéciale de la Vierge Marie pour notre enfant à naître.

Depuis notre vie a changé et la prière quotidienne nous a transformée et sauvée. Giulia ne peut ni parler ni marcher et elle souffre de nombreuses crises d’épilepsies mais elle est une enfant joyeuse et ouverte à la vie.
Un pélerinage à Medjugorje fut aussi un tournant par la rencontre de la Vierge Marie et de son infinie tendresse.

Lors de nos promenades en forêt et encore plus depuis ce pélérinage, je me rendais au pied de la Vierge dans une chapelle au coeur de la forêt de Soignes pour y rendre grâce pour la Vie et spécialement pour le don de la vie sauvée de notre fille et pour les nombreuses bénédictions reçues par notre famille.
C'est dans cette posture du coeur que je fis la connaissance de frère Daniel Marie lors d'une soirée de témoignage et de celles, qui allaient devenir mes soeurs Sentinelles de la Sainte Famille.

L'appel à créer un groupe de prière avec les autres quatre sœurs fondatrices au commencement des Sentinelles fut un appel marial (la prière du chapelet). Comme dans le chant "Regarde l'Etoile", Marie est celle qui a guidée notre famille au sens élargi pour traverser le rocher des épreuves, et c'est bien à la Vierge que je me suis consacrée avec mes sœurs, au pied de la grotte un 21 juin 2013.
Mon mari Riccardo et nos 3 filles mais aussi tous les nombreux bénévoles - certaines semaines 100 - qui ont accompagné fidèlement Giulia dans son parcours de rééducation, -vrai défi de marathonienne - et l'ont aidé dans sa croissance extra-ordinaire qui finalement l’a mené sur les bancs de l’Ecole européenne où son travail scolaire est aujourd’hui vivement salué. Mais aussi et surtout ses éclats de rire et sa joie de vivre qui lui valent de très belles amitiés et qui touchent beaucoup de personnes.

Sentinelle de Bethleem

Martine

Un jeudi saint 2013.
Au Couvent Saint Antoine des franciscains, rue d'Artois, à la suite d’Aude !
Un lieu où la parole : "La lumière luit dans les ténèbres mais les ténèbres ne l'ont pas saisie", s'incarne parfaitement.

Un jeudi saint 2013.
Au Couvent Saint Antoine des franciscains, rue d'Artois, à la suite d’Aude !
Un lieu où la parole : "La lumière luit dans les ténèbres mais les ténèbres ne l'ont pas saisie", s'incarne parfaitement.
_Le jeudi saint fut la 3ème visite au Couvent succédant à deux autres également et préparation du cœur au futur OUI.
La 1ère à l’automne 2012 pour assister avec notre fils aîné lycéen au témoignage de conversion de frère Daniel Marie.
La 2ème en décembre 2012 pour solliciter de ce dernier une prière de bénédiction et de lancement de notre 2ème édition de la mission « 1 film, 1 témoignage » organisée par mon mari Patrice et de son ami Olivier. Cette année-là, frère Daniel Marie est venu bénir le projet « Des Hommes et des Dieux et la venue de Michaël Lonsdale » de France comme témoin et pour toucher une salle de 700 personnes venue en partie des périphéries (dixit le Pape)._
Murs sombres de l'Eglise recouverts de suie et une parole vivante qui fait resplendir sa Présence le soir de la Cène commémorant la naissance de l'Eucharistie.

La source est évidente pour toute notre famille. Jésus est bien présent.
Premier appel reçu est celui de prier « pour » les familles et « en » famille et de cheminer ensemble sur le chemin, la vérité, la vie.

Elan vital, à l'image de l' « ecclésiole » (dixit Mariangela), de se mettre à genoux en famille dans notre propre foyer et de répandre ensuite l'Amour dans notre entourage et au-delà dans le monde.

Soif d'accompagner la création par frère Daniel Marie des groupes de jeunes : « Loupiots de Saint François » (enfants), « Hérault du Grand Roi » ("HGDR" pour les adolescents) et plus tard pour les adultes "Les Cordées de St François".

Deuxième appel venant prolonger la première intuition, est celui du 28 mai (réunion de 10 femmes à la suite d'une neuvaine à l'Esprit Saint priée par Aude et Charlotte), poussé par l'Esprit Saint et confirmée par la Consécration à Marie au pied de la grotte un 21 juin 2013 aux côtés des quatre fondatrices, de prier une dizaine à cinq intentions dont celle justement des familles. Les Sentinelles de la Sainte Famille étaient nées.
Sentinelles ! Des "catapultes divines" dans le monde, pour témoigner que la prière (même minuscule comme une dizaine) peut TOUT et que la "joie parfaite" (St François) qui en découle fait des merveilles au sein des familles et au-delà dans le partage et la mission. Sept jours plus tard, je vécus nuitamment, chapelet à la main, une théophanie, fruit de la consécration et de la grâce d’être une Sentinelle au service de mes (nos) sœurs proches et lointaines, toutes contenues dans mon (notre) cœur.
Le Seigneur m’avait donné des Sœurs en Christ, un trésor inouï à partager éternellement !

Sentinelle de Bethleem

Béatrice

Soon

soon